Avez-vous remarqué qu'avec les filtres d'Instagram la vie semble plus belle ? N'avez-vous jamais rêvé d'être aussi incisif dans un dîner entre amis que sur Twitter ? Vous risquez-vous encore à essayer un nouveau restaurant sans lire les avis sur TripAdvisor ? À l'époque de la révolution digitale, nos vies online et offline s'entremêlent multipliant ainsi les occasions de partager.

Connecte-toi, je te dirai qui tu es

Découvrez comment fusionnent nos identités online et offline

Aujourd'hui, notre identité subit une véritable révolution. Au cours du XXe siècle, des philosophies, tel l'existentialisme, ont changé la société et donné naissance à une conscience de soi plus approfondie. Depuis le début de ce siècle-ci, nous n'avons cessé de nous inventer et de nous réinventer sur Internet, créant ainsi un tout nouvel espace public.

« Les internautes maîtrisent davantage leur présence sur Internet, déclare le docteur Aaron Balick, psychothérapeute et auteur de The Psychodynamics of Social Networking. La majorité des réseaux sociaux flattent notre désir d'exhiber nos ego ; le selfie en est un bon exemple. » Prolonger des relations hors ligne devient alors plus complexe - il est difficile d'être toujours aussi brillant que dans nos tweets ou aussi impeccable que sur la photo de notre profil.

Pourtant, chaque jour, des millions d'entre nous se rencontrent dans la vraie vie après avoir échangé en ligne et transforment des relations virtuelles en relations réelles, qu'il s'agisse de rendez-vous amoureux fixés sur Happn ou d'entretiens d'embauche convenus sur LinkedIn. Nous abattons ainsi les barrières entre nos identités en ligne et hors ligne. Il existe pourtant un risque, celui que « la personne réelle se heurte à l'idée que nous nous faisions d'elle d'après son profil sur les réseaux sociaux », souligne Aaron Balick.

Les relations online peuvent s'apparenter au fast-food. Elles nous donnent tout ce que nous désirons - graisse, protéines, glucides - mais pas forcément ce dont nous avons vraiment besoin, explique le psychothérapeute. Une logique tout à fait similaire à celle des réseaux sociaux ! Le clic nous procure de l'adrénaline mais pas forcément la chaleur et la convivialité propres aux rencontres en face-à-face. Il n'y a rien de mal à manger au fast-food de temps en temps, mais nous avons aussi besoin de relations ancrées dans le réel : l'équivalent d'un repas mitonné à la maison.

Alors que les digital natives, la jeune génération qui a grandi avec les réseaux sociaux entrent dans l'âge adulte, les plus âgés se mettent à utiliser Skype pour communiquer avec leurs petits-enfants. Ces nouveaux usages numériques exigent de tout repenser, le travail (je peux répondre à un e-mail depuis mon smartphone dans la file d'attente du cinéma) comme l'amitié (pourquoi n'ai-je pas été inclus dans le groupe WhatsApp pour cette fête ?) et surtout les rencontres amoureuses. Certes Internet ne remplace pas les face-à-face, mais il élargit les options, crée des millions de relations qui n'auraient jamais existé auparavant. D'après une étude de 2013 réalisée par le professeur John Cacioppo et ses collègues aux États-Unis, plus d'un tiers des mariages sont l'aboutissement d'une relation amorcée sur Internet.

Du virtuel au réel, il n’y a parfois qu’un pas. Une étude menée par TNS Sofres pour Pernod Ricard en janvier 2015 révèle que 9 utilisateurs de sites et d’applis de rencontre sur 10 ont déjà eu un rendez-vous in real life avec au moins une des personnes rencontrées en ligne. Six mille hommes et femmes âgés de 18 à 64 ans et venus de six pays d’Europe (France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Pologne et Finlande) ont ainsi été interrogés sur leurs pratiques de dating. Ils sont 91 % au Royaume-Uni à déclarer avoir franchi le pas au moins une fois, 89 % en France et 86 % en Allemagne, pour une moyenne de 88 % sur les six pays étudiés. Autre enseignement de l’étude : 67 % d’entre eux privilégient le bar ou le restaurant pour se rencontrer en face-à-face. Si deux Européens sur trois choisissent de s’y retrouver, c’est parce que ces lieux garantissent une atmosphère conviviale propice aux confidences tout en offrant un cadre sécurisant.

Dans la plupart des cas, le contact en ligne sert uniquement à collecter des informations, selon le professeur Harry T. Reis de l'Université de Rochester aux États-Unis. « Il est tout simplement impossible de connaître, à partir d'une photo ou d'un profil, la personnalité de quelqu'un et de savoir si on aura des affinités, explique-t-il. Pour communiquer véritablement et en profondeur, mieux vaut se voir en personne. »

Didier Rappaport, CEO de Happn, start-up française qui a développé une application de rencontre mobile, explique qu'il ne croit pas aux algorithmes. « C'est un mensonge marketing, ce n'est pas parce que deux individus aiment la même chose qu'ils vont tomber amoureux ». Quel que soit votre degré de compatibilité à l'écran, il vous faudra prendre un café, un verre ou vous promener dans un parc pour vous apercevoir que « les algorithmes sont absurdes », renchérit le professeur Reis.

9 utilisateurs de sites et d’applis de rencontres sur 10 ont déjà eu un rendez-vous in real life avec au moins une des personnes rencontrées en ligne
Oui, c'est possible !

Les outils numériques facilitent les moments de convivialité et de partage. La preuve !

Ye Olde Mitre est un pub londonien typique. Les murs sont décorés de lambris, un feu crépite dans la cheminée, des dizaines de carafes aux logos de marques de whisky sont suspendues au plafond et les robinets de bière à la pression s'alignent sur le bar. Dans un coin, six personnes discutent du meilleur gin à utiliser dans un gin tonic classique ou de leurs cocktails préférés. Mais ce ne sont pas des amis de longue date, ni des collègues qui se détendent après le travail : ces personnes se sont rencontrées sur Internet.

Jane Peyton, spécialiste de l'histoire des alcools, est à la tête d'une entreprise florissante, la School of Booze (« école de la boisson »). Dans le cadre de cette activité, elle fait découvrir à un petit groupe quatre pubs et bars selon un parcours sur mesure. Ses clients la trouvent sur Internet et viennent des États-Unis, d'Afrique du Sud et d'Europe.

« Aller au pub est l'une de mes activités favorites - j'ai vécu aux États-Unis et cela m'a beaucoup manqué, nous confie Jane. Mes amis américains étaient fascinés par l'histoire et le caractère des pubs britanniques. » Les groupes sont ravis de leur expérience de partage qui n'aurait pas été possible sans le digital. À tel point que l'activité de Jane est l'une des mieux notées par Viator, le tour-opérateur de TripAdvisor.

C'est une évidence, Internet offre une aide précieuse pour créer des moments de partage et de convivialité dans la vraie vie. Envie d'organiser une fête à la maison ? Commencez par utiliser Doodle, Outlook ou une autre application d'agenda pour trouver une date. Le supermarché vous livrera vos courses dans l'après-midi, pendant que vous établirez votre playlist à l'aide d'un service de streaming comme Spotify ou Deezer, ou en vous connectant à iTunes avec votre téléphone.

Vous trouverez sur YouTube des tutoriels sur tout et n'importe quoi, vous permettant de vous coiffer ou même de plier de manière impeccable vos serviettes de table ! Une multitude d'applications vous aideront à confectionner des cocktails avec le contenu de votre bar et les bouteilles que vos invités apporteront. En fin de soirée, les applications comme Uber ou celle des compagnies de taxis facilitent le retour à la maison de vos amis.

Le monde numérique change également la manière dont nous façonnons nos relations sociales. Vous partez vivre à l'étranger ? Des sites tels qu'InterNations et ASmallWorld vous aident à rencontrer d'autres expatriés, à vous intégrer rapidement. Vous n'êtes que de passage ? Vous pouvez quand même faire l'expérience d'un dîner chez l'habitant grâce à BookaLokal, EatWith et Feastly.

Au Vietnam, l'une des attractions les plus appréciées est le Hanoi Street Food Tour, à réserver en ligne, bien entendu. Les participants se font de nouveaux amis tout en dégustant du porc fermenté ou d'autres spécialités dans des street cafes. Preuve est faite que ces nombreux sites, applications et services que l'on trouve sur Internet enrichissent les expériences conviviales dans le monde réel !

Une multitude d'applications vous aideront à confectionner des cocktails avec le contenu de votre bar et les bouteilles que vos invités apporteront.
L'art de la convivialité augmentée

Expérimentez la convivialité digitale

Les secteurs de la restauration et du divertissement vivent un véritable bouleversement, et leurs acteurs tirent profit des nombreuses opportunités qu'offre le monde numérique. Les réseaux sociaux créent de nouveaux types d'interactions et d'expériences, identifient et diffusent rapidement les nouvelles tendances. Si les goûts des « Y » peuvent sembler difficiles à cerner, les millenials discutent pourtant sans cesse en ligne de ce qu'ils aiment. Des conversations qui n'ont pas forcément lieu en présence des plus âgés. L'important est donc de maintenir le dialogue entre les deux générations.

C'est le pari qu'a fait Absolut au Canada. La célèbre marque de vodka suédoise organise des événements, les « Absolut Nights », rassemblant artistes et makers, ces nouveaux artisans qui allient tradition et technologie, comme l'impression 3D, la découpe au laser ou la robotique créative. L'objectif ? Donner un coup d'accélérateur à leurs créations.

Des makers des quatre coins du Canada ont ainsi partagé leur génie farfelu avec Absolut. Des projets fous ont émergé comme des robots de bar servant des cocktails à l'aide de pompes hydrauliques ou de joysticks rétro des années 1980 ou encore la création de « tourbillons d'énergie » dans des bouteilles à l'aide d'aimants. Une œuvre d'art composée de centaines de bouteilles a même été assemblée par des crochets imprimés en 3D, et s'illuminait de motifs colorés lorsque les participants tweetaient @AbsolutCanada.

Ces soirées sont l'illustration parfaite de ce que nous pourrions appeler la « convivialité numérique créative ». Le concept : observer et interagir avec l'art, avant d'échanger avec les makers et de voter pour les créations les plus réussies. Le tout sur Internet évidemment ! La fête commence ensuite avec un DJ en chair et en os. Associer les événements online et offline ouvre des possibilités infinies, et une soirée réussie se doit aujourd'hui d'offrir des cocktails raffinés et des divertissements futuristes. À la vôtre !

La célèbre marque de vodka suédoise organise des événements, les Absolut Nights, rassemblant artistes et makers, ces nouveaux artisans qui allient tradition et technologie
Les fêtes de demain

Les outils digitaux feront-ils évoluer la convivialité et nos moments de partage ?

Si nous sortons, c'est aussi pour faire des expériences et nous laisser surprendre par la nouveauté. Certains bars l'ont bien compris, et proposent des tables à écran tactile, des robots barmans et une pléthore de gadgets. Aujourd'hui, même les pubs traditionnels de Londres prennent vos commandes via une application. Dans ce contexte, il est impératif d'avoir une image numérique forte. Une campagne intelligente sur les réseaux sociaux, qui établit le dialogue avec les clients, crée une communauté en ligne et rend les pubs, les boîtes et les bars plus conviviaux.

Chez RedMR, à Hong Kong, les clients viennent faire un karaoké, mais leur table est un énorme écran tactile, ils peuvent donc aussi commander leurs boissons, jouer à des jeux vidéo et sélectionner des chansons. Une technologie similaire fait sensation chez Oshi, dans la ville chypriote de Limassol : les clients utilisent des écrans à leds de 55 pouces pour commander leur repas, choisir leur nappe virtuelle, voir les cuisiniers travailler en temps réel grâce à la « Chef Cam » et même réserver un taxi pour rentrer chez eux, le tout dans la langue de leur choix. Chez Genki Sushi, une chaîne présente au Japon, à Hong Kong, en Indonésie et à Singapour, non seulement vous commandez sur une tablette, mais c'est un train miniature qui apporte vos sushis à votre table !

Toujours à Hong Kong, le bar Amo Eno propose des vins rares qui peuvent être consommés au verre. Les œnophiles font ainsi l’expérience d’un univers futuriste alliant technologie, médias sociaux et design digital. La particularité de ce lieu, conçu par le cabinet d'architecture Bruce Mau Design, est d'avoir pensé le digital comme une composante du design. Ses clients ont notamment la possibilité de trier les vins par catégories sur les tables digitales et de tweeter en direct leurs impressions.

Si rien ne remplace le visage familier d'un barman, ces nouvelles technologies plantent le décor d'un nouveau monde de convivialité numérique plein de promesses.

World Best Bars a répertorié les bars les plus connectés du monde dans l'article « Great technological bars across the world »

Les clients utilisent des écrans à leds de 55 pouces pour commander leur repas, choisir leur nappe virtuelle, voir les cuisiniers travailler en temps réel grâce à la « Chef Cam »

Merci à Jérémie Moritz, Chris Bhowmik, Paul Lister, Will Pringle, Ian Mason, Ali from The Thirsty Bear, Antonia McCahon, Didier Rappaport, Jane Peyton, Aaron Balick (Site) and Harry T. Reis, pour leur contribution à ce dossier.
Directeurs de la rédaction : Olivier Cavil, Sylvie Machenaud
Rédactrice en chef : Claire Hunout 
Merci à Emmanuelle Benoist pour son aide
Conçu et produit par ici Barbès : 
Journaliste : Frances Robinson (Twitter)
Photographe : Benjamin Nitot
Illustrateur : Sébastien Morales
Réalisateurs vidéo : Séverine Borgella, Lionel Derimais

 
Consommez nos marques avec modération